L'AGRICULTURE BIOLOGIQUE COÛTE MOINS CHER À LA SOCIÉTÉ QUE L'AGRICULTURE CONVENTIONNELLE

publié par bio Consom'acteurs: adhérer

Germination - Credit photo US Department of Agriculture
 

Dans un rapport remis le 25 novembre au ministère de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt, l'Institut technique d'agriculture biologique montre que l'agriculture biologique est plus bénéfique pour la société que l'agriculture conventionnelle. Certains de ces bénéfices ont été quantifiés et leur valeur chiffrée économiquement. Des arguments de poids pour les négociations de la politique agricole commune post-2020.

 
Bio ou conventionnelle, quelle agriculture est la plus bénéfique pour la société ? Il faut des synthèses comme celles de l'ITAB, pour rassembler des données scientifiques solides pouvant répondre à cette question. Connaître les bénéfices avérés de la bio permettra de justifier un soutien des pouvoirs publics en sa faveur. C'est d'ailleurs un des objectifs de ce rapport, qui sera utilisé dans le cadre des négociations de la Politique agricole commune post-2020.
 
L'analyse de l'ITAB, « Quantification et chiffrage économique des extrenalités de l'agriculture biologique », montre, sans grande surprise, que c'est l'agriculture biologique qui remporte haut la main le challenge des aménités positives de l'agriculture. Y compris en termes économiques. « On en avait l'intuition. Cette intuition est maintenant attestée par des données chiffrées », introduit Natacha Sautereau, de l'Itab, auteure du rapport avec Marc Benoit, de l'Institut national de la recherche agronomique (INRA). 
 

Des externalités positives chiffrables

Les scientifiques ont analysé plus de 280 travaux internationaux, dans des disciplines aussi transverses que l'agronomie, l'écologie, la zootechnie, l'épidémiologie, la toxicologie, l'économie, la sociologie… Le but : comparer les externalités entre agriculture bio et conventionnelle sur l'ensemble du système : biodiversité, qualité de l'air et de l'eau, santé des sols, climat, santé humaine, bien-être animal et emploi.
 
Pour rappel, une externalité, c'est l'influence non marchande de l'activité d'un agent (individu, groupe, entreprise...) sur le bien-être d'un autre, sans qu'aucun ne reçoive ou ne paye une compensation. C'est donc un impact qui n'est ni visible ni mesurable directement par le consommateur...qui, bien souvent, ne se fait une idée du coût d'un produit qu'en considérant le prix indiqué sur l'étiquette. 
 
  • Eau :

La bio induit des économies de coûts de traitement de l'eau pour les pollutions aux nitrates et pesticides de 20 à 46 euros par hectare par an en zone de non-captage, et de 49 à 309 euros par hectare en zone de captage. Les coûts totaux et pertes dues à ces pollutions sont estimés à entre 940 et 1500 millions d'euros par an (voir article de Bio Consom'acteurs : Les coûts cachés des pesticides et nitrates agricoles). La synthèse de l'ITAB évalue les économies réalisées grâce à l'agriculture biologique à entre 20 et 46 euros/ha/an.
 

  • Biodiversité :

S'il est difficile d'évaluer quantitativement les services rendus par la biodiversité, ainsi que les pertes de biodiversité imputables uniquement à l'agriculture, le rapport donne de nombreux indices quant à l'ampleur de celles-ci. Quelques exemples :

- Les pertes dues à l'impact des pesticides sur les poissons et les oiseaux sont estimées entre 43 et 78 euros par hectare et par an, en extrapolant à la France les résultats d'une étude américaine de 2016 sur les coûts de l'usage des pesticides pour la société.

- L'indice des populations d'oiseaux spécialistes des millieux agricoles est passé de 100 en 1989 à 55 en 2013.

- Les coûts de traitements en insecticides évités en France grâce au service de régulation des ravageurs est estimé à 10 à 21 euros par hectare, contre zéro en agriculture conventionnelle, en extrapolant les résultats d'une étude menée en Nouvelle-Zélande.

- Services de pollinisation : boostés par la bio (qui préserve la faune pollinisatrice, dont les abeilles), ils sont évalués à 3,5 à 48 euros par hectare par an en grandes cultures. Ce chiffre, qui ne concerne que les grandes cultures, dont peu dépendent de la présence de pollinisateurs, est peut-être encore plus élevé dans la réalité.L Les arbres fruitiers, par exemple, pourraient connaître un surcoût de 300 euros par hectare et par an (coût de location de ruches par les arboriculteurs).

 
 
  • Stockage de carbone organique dans les sols :

En bio, une méta-anlyse concernant 74 études indique un stockage de 37,4 T/ ha en bio contre 26,7 T/ha en conventionnel. Ce qui est évalué à jusqu'à 23 euros/ha/an de bénéfices.
 

  • Santé :

 - En bio, les économies faites sur les décès dus uniquement aux cancers liés aux pesticides sont évaluées à 52 à 252 euros/ha/an.

 - D'autres effets sur la santé dus à l'utilisation d'engrais chimiques azotés sont difficilement quantifiables. Or, en bio, les teneurs en nitrates sont inférieures de 30% et celles en nitrites de 87 %. Ces nitrites peuvent par exemple causer la maladie du sang bleu chez le nourrisson.

 - Par ailleurs, les produits bio ont des teneurs en résidus de pesticides significativement bien plus faibles que les produits conventionnels, ainsi que des teneurs plus faibles en cadmium (25 à 50%) . En revanche ils ont des teneurs plus élevées en antioxydants (de 18 à 69%) (voir l'infographie de Bio Consom'acteurs Mon alimentation c'est moi ».

 
 
 
 
  • Emploi:

L'agriculture biologique emploie 2,4 unités de travail annuel contre 1,5 en conventionnel. Ce surcroît d'emploi permet d'estimner un coût de chômage évité par collectivité entre 19 et 37 euros/ha/an en grandes cultures, si l'on tient compte du coût d'un chômeur pour la collectivité qui est de 11 000 à 21 000 euros/an. 

 
 
Ces chiffres montrent bien qu'une généralisation de l'agriculture biologique permettrait de réaliser des économies substantielles dans de nombreux domaines. Ce qui plaide en faveur d'une rémunération des services rendus par la bio, notamment dans le cadre de la future Politique agricole commune post-2020. 
 
Même parmi les externalités qui ne peuvent pas être chiffrées, le rapport indique que certaines sont nettement en faveur de la bio : c'est le cas de la séquestration de carbone dans les sols, de la pollution de l'air ou encore des émissions de gaz à effet de serre (le protoxyde d'azote est émis en bien moindres quantités en bio, du fait de la non utilisation d'engrais minéraux azotés).   
 
Un bémol en bio souligné par les auteurs de l'étude : les ressources foncières. Du fait des rendements moindres qu'en conventionnel, la bio consomme plus de terres pour produire la même quantité de nourriture. Un sujet qui doit être creusé, au vu du gaspillage important de nourriture lié aux circuits longs et à l'évolution de nos modes de consommation.
 

Si vous aimez cet article, faites un don ou adhérer à Bio Consom'acteurs !